Une journée d’Adela

Publié le 16 février 2021

2002. Catherine Hassan retourne dans le Waras. Elle y avait vécu plusieurs années avec son mari, Habib Rostam, dans les années 1980. Elle réalise lors de ce séjour un petit film amateur: Une journée d’Adela.

C’est ce film que nous vous invitons à découvrir.

Une journée d’Adela (Waras, 2002)

Pour en savoir plus sur ces années passées dans le Waras par Catherine Hassan et Habib Rostam, nous vous recommandons la lecture du livre de Catherine Hassan publié en 2020 par le CEREDAF: Habib Rostam, une vie donnée.

Catherine Hassan raconte…

« Juin 2002. Après 18 ans d’absence, c’est avec beaucoup d’émotion que je suis retournée à Waras pour une dizaine de jours. J’ai retrouvé les lieux peu changés. Les bâtiments de l’école, dans laquelle j’avais vécu trois années et où mon fils Ekbal était né, avait été reconstruit mais était peu différent de ce qu’il avait été : une construction en torchis en forme de U avec un long couloir ouvert aux deux extrémités et au centre, cette dernière ouverture donnant sur la cour de récréation. Les salles de classe étaient toujours petites, froides, humides et sombres. Le toit était en très mauvais état. Il était prévu de détruire le bâtiment l’année suivante pour le refaire selon les normes officielles.

A proximité de ce grand bâtiment, j’ai découvert quatre nouvelles constructions en torchis :

  • La salle des professeurs et la bibliothèque pour les élèves : 3 pièces
  • L’école de filles avec six salles de classe
  • L’hôpital LEPCO
  • Le centre de formation à la santé pour les femmes composé de 5 pièces, d’une cuisine et d’une salle pour se doucher.

Missionnée par Afrane, j’ai visité avec Djawad, le responsable des projets de santé et d’éducation, les trois écoles : le lycée de Takht-e-Waras et les écoles primaires de filles et de garçons de Qolbatoo et Qala Ghujour où nous avons rencontré les enseignants et les élèves. J’ai offert à chaque école un ballon de volley et un globe terrestre. Nous avons aussi visité le dispensaire de Qala Ghujour et j’ai fait connaissance des responsables.

Djawad m’a précisé qu’il trouvait les gens de Qala Ghujour moins ouvert d’esprit que les gens de Takht. Cependant, il était heureux. Grâce au puits creusé pour les écoliers et après trois années de sécheresse, les habitants de la vallée de Qala Ghujour avaient découvert l’utilité des puits. Après notre passage, sept puits avaient été creusés à leur demande.

Avant de partir en Afghanistan, je m’étais demandé ce que j’allais pouvoir filmer avec le caméscope prêté par mon frère. L’idée m’a été donnée par l’instituteur de mon fils : il m’a suggéré de filmer la journée d’un écolier ou d’une écolière. Adela a été choisie par Djawad qui connaissait l’ouverture d’esprit du père. J’ai donc confié la caméra à Djawad qui ne voulait pas me faire marcher six à sept heures dans la montagne. Ainsi fut filmée une journée d’Adela. Le montage a été réalisé à mon retour au lycée St Jo de Bressuire. »

Catherine Hassan, février 2021

  • AFRANE (Amitié franco-afghane)

    16, passage de la Main d'Or
    75011 Paris
    Tel : +33 1 43 55 63 50
    afrane.paris@gmail.com

  • pascherpharmacie.com
  • Suivez-nous