Interview d’une participante au Winter Training 2012

Publié le 8 mai 2013
Qwam Mirza

Hakima, enseignante à Qawm Mirza

Hakima, 22 ans, professeur à l’école de Qwam Mirza partage ses impressions sur son métier et le Winter Training.

Pourquoi êtes-vous devenue professeur?
C’est bon pour moi d’être professeur car j’apprends plus de choses et c’est bon également pour la communauté parce que j’aime enseigner et que c’est mieux qu’il y ait des professeurs qui aiment leur métier.

Depuis combien de temps êtes-vous professeur?
Je suis professeur depuis 6 ans. J’ai commencé à enseigner quand j’étais élève en classe
de 9e.

Quel est votre niveau d’études?
J’ai terminé la 12e année il y a 2 ans. Cette année, j’ai passé le concours d’entrée à l’université. Si je suis reçue j’irai étudier là-bas.

Quelle matière enseignez-vous?
Je suis institutrice. J’enseigne toutes les matières de la classe.

Dans quel niveau enseignez-vous? Combien d’élèves avez-vous?
J’enseigne en 3e année. Dans ma classe, il y a 48 élèves.

Quelles difficultés rencontrez-vous dans votre métier?
Au début, je n’avais aucune compétence pour enseigner. L’autre difficulté est que nous n’avons pas de matériel pédagogique : pas de salle de classe, pas de chaises ni de tables. Ce ne sont pas de bonnes conditions pour enseigner.– Qu’aimez-vous dans votre métier?
J’aime enseigner parce que c’est un bon travail. Un travail honnête accepté par la communauté. De plus, c’est un bon travail émotionnellement parlant.

Parlons de la formation hivernale. Est-ce la première année que vous y participez?
Non c’est la quatrième fois que je participe.

La première fois, comment avez-vous fait pour y participer ? Étiez-vous volontaire?
AFRANE a informé le bureau de l’éducation qui a informé l’école de l’existence de la formation. Le directeur m’a alors demandé d’y participer. J’étais heureuse de le faire car j’éprouvais des difficultés pour enseigner. En participant à la formation, je pouvais apprendre plus de choses et ainsi résoudre mes problèmes.

Quels cours suivez-vous?
Nous avons des cours de chimie, de physique, de mathématiques, de géométrie, de trigonométrie, de dari et aussi des cours sur les droits de l’homme.

Pour vous, qu’est-ce qui est le plus intéressant et le moins intéressant dans cette formation?
Le plus intéressant, c’est les cours de littérature dari et le moins intéressant, la chimie.

Qu’avez-vous appris de plus important durant la formation?
En mathématiques, la factorisation, la trigonométrie, les graphiques et le modèle d’égalité. Et en dari, l’histoire de la littérature. C’est complètement nouveau pour moi.

Quelle est votre impression générale sur la formation? Quels sont les points positifs et les points négatifs?
Les points positifs c’est qu’il y a de bons formateurs, que cela commence toujours à l’heure, que c’est une formation 24h/24 et qu’il y a une distribution de matériel d’apprentissage pour les professeurs. Quant aux points négatifs, d’abord, en sciences, il n’y a pas assez d’expériences de laboratoire. Nous avons besoin de matériel pour celui-ci et nous voulons plus de cours pratiques en sciences. Ensuite, l’espace de vie n’est pas bon. Les salles de classe n’en sont pas réellement. J’aimerais étudier dans une vraie salle de classe avec des tables et des chaises. Enfin, la nourriture n’est pas satisfaisante. C’est seulement du riz, des haricots rouges et du pain et parfois de la viande. Il n’y a jamais de fruits ou de légumes.

Qu’est-ce qui pourrait être amélioré pour la prochaine session?
Ce qui pourrait être amélioré ce sont les conditions générales, les chambres/salles de classe et aussi d’avoir plus de cours pratiques.

Suite à ces formations, voyez-vous des conséquences positives? La formation fait-elle évoluer vos méthodes d’enseignement?
Cela résout beaucoup de problèmes à l’école! D’un point de vue académique, avant nous lisions juste le livre alors que maintenant nous pouvons tout expliquer. Quand vous avez des compétences et que vous connaissez plus de choses, cela aide pour enseigner. Vous pouvez utiliser plus de méthodes différentes. Avant, je n’étais pas capable d’enseigner pour les niveaux supérieurs. Ce que nous avons reçu des formateurs nous aide. Et le matériel distribué et les méthodes données par AFRANE pour la classe de 3e sont très utiles.

  • AFRANE (Amitié franco-afghane)

    16, passage de la Main d'Or
    75011 Paris
    Tel : +33 1 43 55 63 50
    afrane.paris@gmail.com

  • pascherpharmacie.com
  • Suivez-nous